Connaitre rapidement la soie dans les moindres détails

Dans: Soie Commentaire: 0 Hit: 648

Souple, solide et intemporelle, la soie est un matériau de luxe que les grandes marques utilisent pour la confection des vêtements et accessoires de mode.

 

La soie, un matériau à l’origine des meilleurs vêtements chics et accessoires de mode

 

Synonyme de fraîcheur ultime et de délicatesse, la soie est un matériau incontournable et très convoité dans la confection des vêtements et des accessoires de mode d’aujourd’hui. Constituée de fibre naturelle, la soie se retrouve tant dans l’art que dans les accessoires du quotidien. Mais d’où vient-elle réellement ? Comment est-elle fabriquée et quelles sont ses propriétés ? Nous vous apportons ici les réponses à toutes ces questions.

D’où vient la soie ?

Textile de luxe, rare et cher, elle a longtemps été produite exclusivement en Chine pendant de nombreuses années. On raconte que les premières techniques de production de la soie naturelle remontent à près de 2500 avant J-C. Les Chinois ont su garder le secret de sa fabrication pendant des millénaires, grâce notamment à une loi impériale condamnant à mort celui qui tentait d’exporter des vers à soie, et commercialisaient le tissu en Occident par la « route de la soie ».

Et depuis quand est-elle répandue en France ?

La soie ne fut répandue en Europe et en France qu’à partir de l’an 560 apr. J.-C., soit 3000 ans après ses débuts. La sériciculture (méthode de production de la soie) ne fut industrialisée qu’à partir du XIIIe siècle. Elle a commencé dans le sud de la France où les vers à soie étaient élevés dans des pièces chauffées « les magnaneries » du nom provençal « magnan » signifiant « goinfre ». Ce nom faisait référence à la voracité des vers à soie qui se nourrissent d’une quantité phénoménale de feuilles de mûriers avant d’entamer leur mue. Mais ce n’est qu’au 16ème siècle que la ville de Lyon devient la capitale de la soie en Europe.  Elle fut pratiquée jusque dans les années 1860, période durant laquelle des épidémies décimèrent les vers à soie en France. Plusieurs tentatives de relances ont été entamées depuis, mais toutes ont échoué. Aujourd’hui, elle est à nouveau essentiellement fabriquée en Asie (Chine et Inde).

Comment fabrique - t-on la soie  ?  Du ver à soie au tissu.

La soie s’obtient essentiellement par les cocons de bombyx, papillons de nuit de couleur blanche originaires de Chine. La chenille du bombyx, appelée aussi « ver à soie »  se nourrit principalement de feuilles de mûrier. Son élevage comprend donc la culture du mûrier et l’élevage des vers proprement dit. On parle même « d’éducation » du ver à soie, tant cette période demande du temps (nettoyage des déjections, surveillance), de la précision (repas à heures fixes des vers) et de l’attention (choix des feuilles de mûriers…). Il se passe un mois et demi entre le début de l’incubation des œufs et le moment où le ver tisse son cocon. Entre temps, celui-ci aura changé 4 fois de peau (mues) et multiplié son poids par 10 000 !). Mais c’est au cours de sa transformation en papillon que le ver produit des baves, qui en contact avec l’air, se durcissent et se transforment en fil de soie brute constituant le cocon. Il faut savoir que chaque cocon n’est constitué que d’un fil continu.

La difficulté réside ensuite dans la récupération de l’extrémité de ce fil.

Alors comment faire pour le récupérer ?

Tout d’abord, on mélange les cocons dans de l’eau bouillante afin de les ramollir et de retirer la séricine ou grès, la substance gluante présente sur le fil. Les cocons sont ensuite séchés pour éviter la putréfaction de leur contenu. Puis vient l’étape de la filature qui consiste donc à se saisir des extrémités du fil. Pour cela, on remue constamment les cocons dans une bassine d’eau chaude avec une balayette qui accroche le début des fils. Ils se déroulent ensuite tout seuls en tirant dessus.

Ces fils étant trop fins, on les réunit par groupe de dix avant de les enrouler sur des dévidoirs. Ce procédé permet d’obtenir de la soie grège.

Mais la soie filée n’est encore pas assez solide pour être tissée. Il faut donc la tordre à l’aide d’une machine à axe vertical (le moulin) pour qu’elle soit plus résistante. C’est ce qu’on appelle le moulinage. Enfin, pour finir le processus de fabrication, la soie grège passera en atelier pour faire l’objet d’un tissage. Il faudra alors entrelacer les fils de chaîne (longueur du tissu) avec les fils de trame (largeur du tissu) pour obtenir le tissu final. C’est ensuite la façon de tisser les fils et leur épaisseur qui donneront le type de matière recherché (mousseline, crêpe, satin, taffetas…).

Le tissu ainsi obtenu sera ensuite ennobli par les teintures et apprêts afin de lui donner son aspect final.

Comme vous pouvez le voir, l’obtention de la soie se fait donc en une succession d’étapes qui exigent patience, savoir-faire et délicatesse. Mais bien-sûr, tout ce travail est accompli dans l'unique but d'obtenir ce magnifique tissu aux multiples propriétés.

Quelles sont donc ses propriétés ?

En voici quelques unes :

Tout d’abord, la soie est une étoffe solide qui résiste bien aux éventuelles abrasions et peut durer longtemps avant de s’user.

Mais c’est aussi un matériau léger, souple, agréable au toucher qui présente l’avantage de laisser la peau respirer.

Elle possède des propriétés absorbantes et permet ainsi d’obtenir de belles teintures

Elle possède un aspect lustré et lumineux.

Son fort pouvoir thermorégulateur permet d’être au chaud en hiver et au frais en été.

Ce sont toutes ces qualités qui en font une matière belle, douce, noble et précieuse.

Mots clés: détail soie
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre

Nouveau compte S'inscrire